Communication Institute for Online Scholarship
Communication Institute for Online
Scholarship Continous online service and innovation
since 1986
Site index
 
ComAbstracts Visual Communication Concept Explorer Tables of Contents Electronic Journal of Communication ComVista

EJC 23(1 & 2): Videoconferencing in Practice: 21st Century Challenges and Opportunities / Les défis et les opportunités des vidéoconférences en pratique dans le 21ème siècle
Electronic Journal of Communication

Volume 23 Numbers 1 & 2, 2013

Videoconferencing in Practice: 21st Century Challenges and Opportunities /
Les défis et les opportunités des vidéoconférences en pratique dans le 21ème siècle

With Editor / Avec éditeur :

Sean Rintel
The University of Queensland
Brisbane, Queensland, Australia

Editor’s Introduction / L’introduction de l’éditeur

Sean Rintel
The University of Queensland
Brisbane, Queensland, Australia

Parallel Universes of Teleconferencing / Les univers parallèles de la téléconférence

Steve Harrison
Virginia Tech
Blacksburg, Virginia, USA

My Life with Always-On Video / Ma vie avec la vidéo constante

Carman Neustaedter
Simon Fraser University
Surrey, British Columbia, Canada

Videoconferencing for First Nations Community-Controlled Education, Health and Development / La vidéoconférence de la communauté qui contrôle l’éducation, la santé et le développement des Premières Nations

Susan O’Donnell
University of New Brunswick
Fredricton, New Brunswick, Canada

Lyle Johnson
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Tina Kakepetum-Schultz
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Kevin Burton
Atlantic Canada’s First Nation Help Desk
Memberton, Nova Scotia, Canada

Tim Whiteduck
First Nations Education Council
Wendake, Quebec, Canada

Raymond Mason
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Brian Beaton
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Rob McMahon
Simon Fraser University
Burnaby, British Columbia, Canada

Kerri Gibson
University of New Brunswick
Fredericton, New Brunswick, Canada


Editor's Introduction:
The 21st Century Videoconferencing Dilemma: What Does The “Next Best Thing to Being There” Mean?

Sean Rintel
The University of Queensland
Brisbane, Queensland, Australia

This Special Issue is a snapshot of how 21st Century videoconferencing has become a practical method of interaction in personal, professional, pedagogical, and institutional contexts. The articles in this issue report on videoconferencing as still holding out great promise, but also the need to grapple with its day-to-day challenges. Videoconferencing has experienced one of the rockiest development paths of all post-industrial communication technologies (Edigo, 1988; Schnaars & Wymbs, 2004). In 1969 Julius Molnar ill fatedly proclaimed the PicturePhone would be “next best thing to being there” (Molnar, 1969, p. 135; Noel, 1992). While we are now close to realizing that hope, we are still working out what “next best” might actually mean.

The issue begins with a Keynote article from the veteran media space researcher Professor Steven Harrison. Professor Harrison walks us through his fascinating view of three “universes” of videoconferencing research (industrial, media space, and domestic), and the “new weirdnesses” that have resulted.

In both Carman Neustaedter’s My Life with Always-On Video and my own Video Calling in Long-Distance Relationships: The Opportunistic Use of Audio/Video Distortions as a Relational Resource, domestic participants find that they need to develop new ways of fitting technology to their routines and using technology as a resource, not merely a conduit, for relational work.

Chris Fullwood and Neil Morris’s Are You Looking at Me? The Effect of Video-Mediated Gazing on Information Recall and Impression Formation. Echoing classic videoconferencing research, they find that the affordance of video does not necessarily lead to the natural use of gaze. In line with both Neustaedter and Rintel, they find that that video-mediated looking must be practiced.

The issue then turns to three wider contexts of videoconferencing use. Christian Licoppe, Maud Verdier, and Laurence Dumoulin’s Courtroom Interaction as a Multimedia Event: The Work of Producing Relevant Videoconference Frames in French Pre-Trial Hearings takes up the issue of how court members develop a “videoconferencing literacy” to cope with mediated gaze. Bolanle Olaniran’s Videoconferencing: A Technology with Promises and Challenges—Case Study with IVC in an Undergraduate Course explores the extremely wide range of technical, policy, and pedagogical issues required to develop videoconferencing literacy in the classroom. A similar set of issues are addressed in Susan O’Donnell, Lyle Johnson, Tina Kakepetum-Schultz, Kevin Burton, Tim Whiteduck, Raymond Mason, Brian Beaton, Rob McMahon, Kerri Gibson’s Videoconferencing for First Nations Community-Controlled Education, Health and Developmen t. This article has rare direct authorial input from First Nations members and concludes that videoconferencing is a worthwhile challenge for the value that it provides to indigenous communities.

The issue concludes with Juliana de Nooy’s book review of Christine Develotte, Richard Kern, and Marie-Noëlle Lamy edited French-English collection Décrire la conversation en ligne: Le face-à-face distanciel (2011).

I am honoured by Professor Teresa Harrison to have been given the opportunity to edit this Special Issue. As is the nature of communication technology research, as much as I am sure that the technologies described here will seem crude to what will be available in just a few years time, I am equally convinced that the issues being explored will resonate, directly or evolutionarily, for quite some time to come.

References

Develotte, C., Kern, R., & Lamy, M-N. (Eds.) (2011).Décrire la conversation en ligne: Le face-à-face distanciel. Lyon, France: ENS Editions.

Edigo, C. (1988). Video conferencing as a technology to support group work: A review of its failure. In Proceedings of the 1988 ACM Conference on Computer Supported Cooperative Work (CSCW ‘88): 13-24. doi:10.1145/62266.62268

Molnar, J.P. (1969). Picturephone service – A new way of communicating. Bell Laboratories Record, 47(5), 134-135. Retrieved from http://www.porticus.org/bell/telephones-picturephone.html

Noel, A.M. (1992). Anatomy of a failure: Picturephone revisited. Telecommunications Policy, 16, 307-316. doi:10.1089/tmj.2004.10.170

Schnaars, S. & Wymbs, C. (2004). On the persistence of lackluster demand – The history of the video phone. Technological Forecasting & Social Change, 71(3), 197-216. doi: 10.1016/S0040-1625(02)00410-9


L’introduction de l’éditeur : 
Le dilemme de la vidéoconférence au 21ème siècle: que veut dire “la meilleur chose que d'être là”?

Sean Rintel
The University of Queensland
Brisbane, Queensland, Australia

Cette édition spéciale est un aperçu de comment la vidéoconférence au 21ème siècle est devenue une méthode pratique d’interaction personnelle, professionnelle, pédagogique, et de contextes institutionnelles. Les articles de cette édition sur la vidéoconférence offrent un futur prometteur mais démontre aussi une lutte avec des difficultés quotidiennes. La vidéoconférence a eu comme expérience de développement un des chemins les plus difficiles dans les technologies de communication post-industriel (Edigo, 1988; Schnaars & Wymbs, 2004). En 1969, Julius Molnar avait proclamé que le téléphone à photo serait “la meilleure chose que d'être là” (Molnar, 1969, p. 135; Noel, 1992< /a>). Bien que nous soyons proche de réaliser ce rêve, nous travaillons encore sur ce que cette “chose” veut vraiment dire.

Cette édition commence avec un article central par le chercheur vétéran de l’espace média qu’est Steven Harrison. Le professeur Harrison nous explique son opinion fascinante des trois “univers” de la recherche sur les vidéoconférences (industriel, l’espace média, et nationale), et les étrangetés qui ont émergé.

Dans “Ma vie avec la vidéo constante” de Carman Neustaedter et dans mon “Appel par vidéo pour les relations à distance: l’utilisation opportune des distorsions audio/vidéo comme ressource relationnelle”, les participants trouvent qu’ils ont besoin de développer de nouvelles façons d’engager la technologie dans leurs routines et d’utiliser la technologie comme une ressource, et non seulement comme un intermédiaire, pour le travail relationnel.

Chris Fullwood et Neil Morris “Est-ce que vous me regarder? L’effet du regard de la médiation vidéo sur le maintient de l’information et la formation de l’impression.” En répétant les recherches classiques sur les vidéoconférences, ils ont découvert que la procuration des vidéos n’entraine pas nécessairement à l’utilisation naturelle du regard fixe. De même avec Neustaedter et Rintel, ils pensent que le regard sur la médiation par video doit être faite.

Cette édition se tourne ensuite sur trois contextes élargis de l’utilisation de la vidéoconférence. Christian Licoppe, Maud Verdier, et Laurence Dumoulin dans “L’interaction dans la salle d’audience comme événement du multimédia: le travail de produire des encadrements pertinents sur les vidéoconférence dans les auditions françaises avant le procès” engage le problème de la façon dont la salle d’audience développe “une alphabétisation de la vidéoconférence” pour faire face à ce problème du regard fixe. Bolanle Olaniran dans sa “Vidéoconférence: une technologie qui offre des promesses et des difficultés -- Un cas d’étude avec IVC dans un cours de premier cycle” explore la gamme étendue des problèmes techniques, politiques, et pédagog iques requit pour développer une connaissance sur les vidéoconférences dans la classe. Des difficultés semblables sont reprises par Susan O’Donnell, Lyle Johnson, Tina Kakepetum-Schultz, Kevin Burton, Tim Whiteduck, Raymond Mason, Brian Beaton, Rob McMahon, et Kerri Gibson dans leur article intitulé “La vidéoconférence de la communauté qui contrôle l’éducation, la santé et le développement des Premières Nations”. Cet article a la rare participation des membres des Premières Nations et conclut que la vidéoconférence est un défi qui vaut le coup pour le bénéfice qu’elle offre aux communautés indigènes.

Cette édition finit avec la critique littéraire de Juliana de Nooy sur l’oeuvre éditée en anglais et français par Christine Develotte, Richard Kern, et Marie-Noëlle Lamy dans la collection Décrire la conversation en ligne: Le face-à-face distanciel (2011).

Je suis honoré que le Professeur Teresa Harrison m’a offert l’occasion d'éditer cette édition spéciale. A cause de la nature de la recherche sur les technologies communicatives, de la même façon que les technologies décrites ici vont paraitre brut dans ce qui sera disponible dans quelques années, je suis convaincu que les problèmes qui sont exprimés ici vont raisonnés, directement ou de façon évolutionniste, pendant un bon nombre d'années à venir.

Références

Develotte, C., Kern, R., & Lamy, M-N. (Eds.) (2011). Décrire la conversation en ligne: Le face-à-face distanciel. Lyon: ENS Editions.

Edigo, C. (1988). Video conferencing as a technology to support group work: A review of its failure. In Proceedings of the 1988 ACM Conference on Computer Supported Cooperative Work (CSCW ‘88): 13-24. doi:10.1145/62266.62268

Molnar, J.P. (1969). Picturephone service – A new way of communicating. Bell Laboratories Record, 47(5), 134-135. Retrieved from http://www.porticus.org/bell/telephones-picturephone.html

Noel, A.M. (1992). Anatomy of a failure: Picturephone revisited. Telecommunications Policy, 16, 307-316. doi:10.1089/tmj.2004.10.170

Schnaars, S. & Wymbs, C. (2004). On the persistence of lackluster demand – The history of the video phone. Technological Forecasting & Social Change, 71(3), 197-216. doi: 10.1016/S0040-1625(02)00410-9


Parallel Universes of Teleconferencing

Steve Harrison
Virginia Tech
Blacksburg, Virginia, USA

Abstract: In this keynote article for the issue, the author tells the story of three different histories – and genres --of teleconferencing, moving from the structured setting of the work meeting to the variable and sometimes chaotic world of the home. In so doing, he explores how different genres change media, adapting media for very different settings and very different uses.

Les univers parallèles de la téléconférence : Abrégé: Dans cet article central pour cette édition, l’auteur raconte l’histoire de trois différentes histoires et de genres de téléconférences, partant d’un cadre structuré d’un meeting au travail au variable et quelque fois au monde chaotique de chez soi. En faisant cela, il explore comment des genres différents changent le média, en adaptant le média pour des positions et des utilisations bien différentes.


My Life with Always-On Video

Carman Neustaedter
Simon Fraser University
Surrey, British Columbia, Canada

Abstract: Video chat systems have seen a recent uptake in usage amongst family members given the widespread and free availability of such software and the decreasing costs of webcams. All are designed in a manner that suggests a particular pattern of usage to end users that models the familiar practice of “phone calling” one another. My own past experiences with video systems was in the form of media spaces from the workplace and I wondered if such “always-on” video links might play a role in the domestic realm or if they would be too privacy intrusive to render any benefit to family members. Over the course of four years, we designed and built four such systems despite strong hesitations initially to do so. This article describes the design of two domestic media spaces in particular, the Family Window and Honey, and their longitudinal usage for approximately one year each. Through an autobiographical d esign approach, I show how each became a core communication tool for my family and the unique ways in which the technologies supported unexpected practices amongst family members as a result of the media space’s location.

Ma vie avec la vidéo constante : Abrégé: Les systèmes de chat par vidéo viennent de voir une utilisation accrue dans les membres de la famille compte tenu de la disponibilité généralisée et gratuite de ce logiciel et de la baisse des coûts de webcams. Tous sont conçus d’une manière qui suggère un modèle d’utilisation particulier pour les utilisateurs qui copient cette pratique habituelle qui est celle de s’appeler au téléphone. Mes propres expériences passées avec des systèmes de vidéo étaient sous la forme d’espaces médiatiques du lieu de travail et je me demandais si cette liaison constante pourrait jouer un rôle dans la sphère domestique ou si elle serait trop intrusive pour donner des bénéfices aux membres de la famille. Pendant quatre ans, nous avons conçu et construit quatre de ces systèmes malgré de fortes hésitations de le faire au départ. Cet article décrit la conception de deux espaces médiatiques spécifiques, la fenêtre familiale et Honey, et leurs utilisations longitudinale pour à peu prêt un an chacun. Grâce a une approche de conception autobiographique, je montre comment chacun est devenu un outil de communication de base pour ma famille et les façons particulières dont les technologies ont aidés les membres de ma famille en raison de l’emplacement de cet espace médiatique.


Video Calling in Long-Distance Relationships: The Opportunistic Use of Audio/Video Distortions as a Relational Resource

Sean Rintel
The University of Queensland
Brisbane, Queensland, Australia

Abstract: Video calling is now a realistic option for couples in distance relationships. This paper explores whether audio/video distortions block intimate relational talk. From a naturalistic two-month trial of couples trying video calling to maintain their distance relationships, it is found that couples can opportunistically use audio/video distortions as a relational resource rather than simply treating them as a blocking or outside of relational talk. First, technological mediation can be treated as relevant to disambiguating whether the repair involves simple content repetition or a more complex relational issue. Second, distortions can be treated as resources for relational parody and teasing. It is argued that the opportunistic use of distortions as a relational resource extends Hutchby’s (2001b) notion of technologized interaction, in whi ology frames but does not determine social action. Rather than proposing yet another model of communication that includes more detail about noise as deviance that must be remedied, or taking an undifferentiated approach to distortion as “trouble,” the technologized interaction approach broadens our conceptions of online relationships as involving the use of technological features to a more holistic sense of technological mediation being part and parcel of maintaining online relationships.

L’appel par vidéo pour les relations à distance: l’utilisation opportune des distorsions audio/vidéo comme ressource relationnelle : Abrégé : L’appel par vidéo est maintenant une option réaliste pour les couples dans des relations à distance. Cette étude cherche à savoir si les distorsions audio/vidéo empêchent les conversations des relations intimes. A partir d’un essai naturaliste de deux mois de couples qui ont essayés l’appel par vidéo afin de maintenir leurs relations à distance, il a été découvert que les couples peuvent utilisés avec opportunisme les distorsions audio/vidéo comme ressource relationnelle plutôt que de les traiter comme des obstacles ou en dehors des discussions relationnelles. Premièrement, la m&ea cute;diation technologique peut être traiter de façon pertinente jusqu'à la désambiguïsation que la réparation comprenne une simple répétition ou un problème relationnel plus complexe.  Deuxièmement, les distorsions peuvent être traiter comme une ressource pour les parodies relationnelles et les taquineries. Des discussions ont eu lieu qui montrent que les distorsions d’utilisations opportunistes comme ressource relationnelle prolonge la notion de Hutchby (2001b) d’interaction technologique dans laquelle la technologie encadre mais ne détermine pas l’action sociale.  Plutôt que de proposer encore un autre modèle de communication qui comprend  plus de détail sur les interférences comme déviance qui doit être remédier ou bien de prendre une approc férencié à la distorsion comme “difficulté”.  Notre approche d’interaction technologique élargie nos conceptions de relations en ligne en impliquant l’utilisation de caractéristiques technologiques à un sentiment holistique d’une médiation technologique qui fait partie intégrante d’un maintient des relations en ligne.


Like What You See? The Effect of Video-Mediated Gazing on Information Recall and Impression Formation

Chris Fullwood & Neil Morris
University of Wolverhampton
Wolverhampton, West Midlands, UK

Abstract: One problem with video-mediated communication (VMC) centres on the user’s inability to express normal variations in gazing behaviour. Additionally, this has been offered as one potential explanation for research findings suggesting that person perceptions are poorer via VMC compared to face-to-face judgements. In a previous study, it was found that gazing into the camera to imitate eye contact during a videoconference resulted in increased information recall. Research also suggests that eye contact plays an important role in the impression formation process. In the current study, one group of participants was advised to look into the camera to simulate eye contact in VMC, whereas a second group was given no advice at all. Comparisons were made between the two conditions on information recall in a story-telling task and a number of measures relating to impressions of the participant, task and product in a sales task. Although no differe nces were discovered in information recall, some differences were found between the conditions relating to impression formation, with the advice condition resulting in more positive assessments. The findings add further support for the notion that video-mediated gazing is a beneficial strategy for users of video technologies, specifically for tasks that require making a good impression.

Est-ce que vous me regardez? L’effet du regard de la médiation par vidéo sur le maintient de l’information et la formation de l’impression : Abrégé : Un problème avec la communication médiatiser par vidéo pour la communication (VMC) est centré sur l’incapacité de l’utilisateur d’exprimer des variations normales dans son comportement du regard fixe. De plus, cela a été offert comme une explication possible sur les découvertes de recherche qui suggèrent que les perceptions de l’individu sont moins bonnes via VMC comparées aux jugements faits en face-à-face. Dans une étude précédente, il avait été découvert que de fixer du regard dans la caméra pour imiter le contact avec l’oeil dans une conf& eacute;rence vidéo avait comme résultat une croissance accrue de la mémoire. La recherche suggère aussi que le contact de l’oeil joue un rôle important dans la formation du processus d’information. Dans cette étude présente, il a été suggéré à un groupe de participants de regarder dans la caméra pour simuler le contact de l’oeil dans le VMC. Pour le deuxième groupe, aucune suggestion ne leur avait été faite. Des comparaisons ont été faites entre ces deux conditions sur le rappel de l’information pour décrire une histoire et un nombre de mesures demandant l’impression des participants, leurs tâches et leurs devoirs. Bien qu’aucune différence n’a été découverte dans le rappel de l’information, certaines différences ont été notées entre les c onditions se portant sur la formation de l’impression avec le conseil qui a permit une évaluation plus positive. Ces résultats soutiennent encore plus que la notion du regard de la vidéo médiatique est une stratégie pour les utilisateurs de technologie vidéo, en particulier pour les tâches qui obliges à faire une bonne impression..


Courtroom Interaction as a Multimedia Event:
The Work of Producing Relevant Videoconference Frames in French Pre-Trial Hearings

Christian Licoppe and Maud Verdier
Institut Mines/Telecom Paristech
Paris, France
and
Laurence Dumoulin
ENS Cachan
Cachan, France

Abstract: In this article, the authors discuss the uses of camera motions and video communication in a courtroom setting. Recent evolution in the technology of video communication systems has made the issue of camera motion more central. Further, the use of videoconference systems has become almost pervasive in French courtrooms today. The uses of videoconferencing in judicial settings are studied from an interactional perspective, using Conversation Analysis and Situated Action perspectives to understand the common sense interactional concerns members orient to regarding their handling of the camera and to demonstrate how the sense making and practical procedures they rely upon are tightly articulated with the sequential organization of courtroom conversation.

L’interaction dans la salle d’audience comme événement du multimédia: le travail de produire des encadrements pertinents sur les vidéoconférences dans les auditions françaises avant le procè : Abrégé : Dans cet article, les auteurs discutent de l’emploi des motions de caméra et de la communication par vidéo dans un cadre de salle d’audience. Les évolutions récentes dans la technologie des systèmes de communication par vidéo ont rendu le problème de la motion de la caméra plus importante. Les utilisations de la vidéoconférence dans une salle d’audience sont étudiées d’une perspective d’interaction en utilisant les perspectives de l’analyse de conversation et d’action située pour compren dre les soucis d’interactions des membres à regarder leurs façons de manipuler la caméra et de démontrer comment la raison et les procédures pratiques dont ils ont besoin sont liés avec la séquence organisationnelle des conversations dans les salles d’audiences.


Videoconferencing: A Technology with Promises and Challenges – Case Study with IVC in an Undergraduate Course

B. A. Olaniran
Texas Tech University
Lubbock, Texas, USA

Abstract: There is an increased push and development in computer-mediated communication (CMC) technologies, especially information communication technologies (ICTs), as a way to develop both collocated and non-collocated interactions in groups and meetings. While face-to-face still remains the medium of choice for communication interaction, some of the newer communication technology media, in particular videoconferencing, is serving as a close alternative. At the same time, though not yet ubiquitous, economy of scale and faster communication networks are making videoconferencing an affordable medium of choice because it precludes travel and is accessible on demand. Notwithstanding, however, is the fact that research is scarce on videoconferencing and its viability for meetings. As such, this paper explores and presents an overview of videoconferencing in terms of benefits and challenges. In order to do this, an overview of videoconferencing a s a communication technology tool is provided alongside a case study of videoconferencing use in an undergraduate communication course. Implications for videoconferencing are provided as well.

La vidéoconférence: une technologie qui offre des promesses et des difficultés -- Un cas d’étude avec IVC dans un cours de premier cycle : Abrégé : Il y a une poussée et un développement accrue dans les technologies de la communication médiatiser par ordinateur (CMC), en particulier dans l’information de la communication technologique (ICT), comme façon de développer des interactions en groupe et en meeting ensemble ou indépendamment.  Bien que le face-à-face reste la méthode préférée pour les interactions en communication, certaines des plus récentes technologies en communication pour le média, en particulier la vidéoconférence, sert comme une alternative proche. En même temps, bien que n’étant pas encore omnipr&eac ute;sent, les réseaux de communication les plus rapides rendent les vidéoconférences comme un milieu abordable parce qu’ils excluent les voyages et sont accessibles en demande. Malgré cela, le fait reste que la recherche sur la vidéoconférence et sa viabilité pour les meetings sont rare. Pour cette raison. cette étude explore et présente une vue d’ensemble sur les vidéoconférences en termes de bénéfices et de défis. Afin de pouvoir faire cela, une présentation sur la vidéoconférence comme outil de communication technologique est offerte avec une étude de cas sur l’utilisation de la vidéoconférence dans un cours de communication de premier cycle. Des implications pour les vidéoconférences sont aussi données.


Videoconferencing for First Nations Community-Controlled Education, Health and Development

Susan O’Donnell
University of New Brunswick
Fredricton, New Brunswick, Canada

Lyle Johnson
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Tina Kakepetum-Schultz
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Kevin Burton
Atlantic Canada’s First Nation Help Desk
Memberton, Nova Scotia, Canada

Tim Whiteduck
First Nations Education Council
Wendake, Quebec, Canada

Raymond Mason
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Brian Beaton
Keewaytinook Okimakanak
Fort Severn, Ontario, Canada

Rob McMahon
Simon Fraser University
Burnaby, British Columbia, Canada

Kerri Gibson
University of New Brunswick
Fredericton, New Brunswick, Canada

Abstract:Videoconferencing is a powerful tool that First Nations in Canada are using to create communication spaces for local control of community services and community development. For First Nations in Canada, videoconferencing sessions are alternative public spheres for engagement and interaction outside of mainstream control. This article discusses how First Nations are using videoconferencing to create and support community-controlled education and training, health services, and other community development activities. Perspectives of a videoconferencing bridge coordinator and a case study from Keewaywin First Nation are discussed. Challenges for videoconferencing in First Nations are reviewed, followed by some thoughts about the future of videoconferencing in these unique communities.

La vidéoconférence de la communauté qui contrôle l’éducation, la santé et le développement des Premières Nations : Abrégé : La vidéoconférence est un outil puissant que les Premières Nations du Canada utilisent pour créer des espaces de communication pour un contrôle local des services communautaires et de développement. Pour les Premières Nations au Canada, les sessions de la vidéoconférence sont une alternative dans les sphères publiques pour l’engagement et l’interaction à l’extérieur du courant dominant. Cet article discute la façon dont les Premières Nations utilisent la vidéoconférence pour créer et aider l’éducation et la formation, les services publiques, et d&rsq uo;autres activités qui sont développées par la communauté. Les perspectives d’un coordinateur de la vidéoconférence et une étude de cas de la Première Nation des Keewaywin sont discutées. Les défis de la vidéoconférence pour les Premières Nations sont revus, et sont suivis par des idées sur le futur de la vidéoconférence dans ces communautés uniques.


Copyright 2013 Communication Institute for Online Scholarship, Inc.

This file may not be publicly distributed or reproduced without written permission of
the Communication Institute for Online Scholarship,
P.O. Box 57, Rotterdam Jct., NY 12150 USA (phone: 518-887-2443).