Communication Institute for Online Scholarship
Communication Institute for Online
Scholarship Continous online service and innovation
since 1986
Site index
 
ComAbstracts Visual Communication Concept Explorer Tables of Contents Electronic Journal of Communication ComVista

EJC 29(3 & 4): Digital Interactions in Social Spaces: Proxemics, Digital Media, and Human-Machine Communication
Electronic Journal of Communication

Volume 29 Numbers 3 & 4, 2019

Digital Interactions in Social Spaces:
Proxemics, Digital Media, and Human-Machine Communication
Les interactions digitales dans les espaces sociaux :
la proxémique, le média digital, et la communication humaine et machine

With Editor / Avec éditeur  :

John A. McArthur
Furman University
Greenville, SC, USA


Editor's Introduction: Digital Interactions in Social Spaces: Proxemics, Digital Media, and Human-Machine Communication L’introduction de l'éditeur : Les interactions digitales dans les espaces sociaux : la proxémique, le média digital, et la communication humaine et machine

John A. McArthur
Furman University
Greenville, SC, USA

Proxemics, Social Media, and Structural Transformations in the Private Sphere / La proxémique, le média social, et les transformations structurelles dans la sphère privée

Bolanle A. Olaniran
Texas Tech University
Lubbock, TX USA

Place and Discourse in Virtual Environments / Lieu et discours dans des environnements virtuels

Lynnette G. Leonard
American University in Bulgaria
Blagoevgrad, Bulgaria

Lesley A. Withers
Central Michigan University
Mount Pleasant, Michigan USA

Proxemics of Screen Mediation: Engagement With Reading on Screen Manifests as Diminished Variation due to Self-Control, Rather Than Diminished Mean Distance From Screen / La proxémique de la médiation par écran : L’engagement de la lecture sur l’écran se manifeste par une variation diminuée à cause de la maîtrise de soi, plutôt qu’à une distance moyenne diminuée de l’écran

Harry J. Witchel
Carlos P. Santos
James K. Ackah
Brighton and Sussex Medical School
University of Sussex
Brighton, UK

Nachiappan Chockalingam
CSHER, Staffordshire University
Stoke-on-Trent, UK

Carina E. I. Westling
Bournemouth University
Bournemouth, UK

What is Violence Now?: A Grounded Theory Approach to Conceptualizing Technology-Mediated Abuse (TMA) as Spatial and Participatory  / Qu'est-ce que c’est la violence maintenant? : une approche théorique basée sur la conceptualisation de l'abus arbitré par la technologie d’une façon spatiale et participative

Jessica J. Eckstein
Western Connecticut State University
Danbury, CT USA

We’ll do it Live! Unpacking the Community-Building Labor of Twitch Streamers  / On va le faire en direct! Déballer le travail du développement communautaire des bannières de Twitch

Brandon C. Harris
University of Oregon: School of Journalism & Communication
Eugene, OR


Original Research Article

Fact or Fiction: Believability of News Content From Opposing Media Outlets / Un fait ou une invention : La crédibilité du contenue des informations dans les réseaux opposés des médias

Robin Blom
Ball State University
Muncie, Indiana USA


Editor's Introduction:
Digital Interactions in Social Spaces:
Proxemics, Digital Media, and Human-Machine Communication

John A. McArthur
Furman University
Greenville, SC, USA

Five decades ago, Edward T. Hall coined the term “proxemics” to describe the human use of space in physical and interpersonal environments. Now, in an age of dynamic and ever-present digital communication, the cultural implications of proxemics are changing. Social media sites offer online gathering spaces for group engagement. Sentient objects in the Internet of Things connect our physical environments with our digital archives. Computer interfaces interpret human spatial behaviors. And, mobile devices track, alter, and orient us in the spaces we inhabit. As culture changes, so change the rules and norms of proxemics.

In The Hidden Dimension (1966), Hall described proxemics and launched new observational studies of human use of space. His groundbreaking work articulated proxemics in at least three parts. First, in interpersonal relationships, Hall described the cultural models of human distancing as intimate space, personal space, social space, and public space. This connecting of people to people in space is perhaps the best known and most referenced component of his work, but his work articulated proxemics as part of a larger conversation built into two additional concepts. Second, he described the functionality of spaces as territories. The organization of space into territories connects people to environment through ownership, design, and function. Third, he articulated proxemics as a function of lived experience. This facet of proxemics connects people, environments, and what would later become experience design, creating applications for proxemics in linguistics, urban planning, communication, architecture, and social and cultural anthropology.

Over the last decade, investigations at the intersection of space and social, mobile, digital, and participatory media have yielded a growing conversation about human communication and the spaces we inhabit. Digital Proxemics (McArthur, 2016) offers a re-inscription of Hall’s framework in the context of digital communication and issues a call for research at the intersection of space, place, and digital technologies (in their many forms). This issue demonstrates that digital proxemics is becoming a robust area for research, experimentation, innovation, and collaboration. This conversation has reinvigorated our conceptions about the ways humans and machines interact in the spatial environment.

This special issue of The Electronic Journal of Communication focuses on intersections between proxemics and the rhetorical and communicative impacts of digital, social, mobile, and participatory technologies. The issue pulls from a variety of theoretical and epistemological groundings to create a robust and multi-faceted view of the ways that communication, proxemics, and digital technologies intersect. Each study in this issue investigates a unique social space as a site for digital interaction. And, the studies, in total, represent new thinking about the many forms of proxemics in interpersonal settings described by Hall (1966) and revisited for digitized interactions in McArthur (2016). The articles suggest that not only can people connect with people in digital environments. Through technology the spatial environment can become a facilitator, influencing the behaviors of people, or in some cases might emerge as an actor itself, collaborating with people in their use of the spaces they inhabit. My hope for this issue is that the articles inspire connections between researchers in this area and lead us to new frameworks for study of digital proxemics.

In his article, Bolanle A. Olaniran articulates the complexities of social transformation and its relationship to public and private spaces. His study exposes the blurring lines of our conceptions of public spaces and private spaces in social and mobile media, and questions the means whereby the structural boundaries of these spaces could be reexamined.

Turning to fully virtual environments, Lynette G. Leonard and Lesley A. Withers delve into a discussion of virtual place and the discourse surrounding the creation and inhabitation of place in virtual environments. Through an analysis of virtual group meeting spaces, their study articulates the rhetorical construction of place in physical environments and its seeming re-inscription onto the creation or selection of appropriate virtual environments.

In their study, Harry J. Witchel, Carlos P. Santos, James K. Ackah, Nachiappan Chockalingam, and Carina E. I. Westling turn our attention to an exploration of human-machine distancing as a function of space. Their article on the proxemics of screen mediation suggests that variations in users’ behavioral and postural tendencies toward stillness are indicative of engagement with content on screens.

Jessica J. Eckstein reminds readers of the negative implications of technology in her study on interpersonal violence, and specifically technologically-mediated abuse of intimate partners. Through a grounded theory analysis of survey data, Eckstein reveals the spatial nature of technology and its impact on victims and perpetrators of violence in online settings.

In his study, Brandon Harris draws our attention to mass media and the rise of Twitch.tv as a territorial space. Through a textual analysis of a Twitch channel as performance, Harris suggests that the inhabited space of Twitch is both performative and voyeuristic, and assesses the showmanship of work produced in this social space.

The diversity of thought and epistemology in these five pieces is indicative of the wide range of studies that can contribute to the articulation of proxemics in digital culture. I hope that the publication of these studies together will inspire future research and collaboration in transdisciplinary settings that connect and combine methods and approaches to the study of proxemics. Our social spaces are changing and becoming increasingly digital. The research herein investigates and connects the study of communication and digital technology with an interest in space and place. Furthermore, these studies challenge and engage our notions of our own lived experiences of digital proxemics.

References

Hall, E. T. (1966). The Hidden Dimension. Garden City, NY: Anchor.

McArthur, J. A. (2016). Digital Proxemics: How Technology Shapes the Ways We Move. New York, NY: Peter Lang.


L’introduction de l'éditeur :
Les interactions digitales dans les espaces sociaux :
la proxémique, le média digital, et la communication humaine et machine

John A. McArthur
Furman University
Greenville, SC, USA

Il y a cinq décennies, Edward T. Hall a mentionné le nouveau terme ´proxémique´ pour décrire l'utilisation de l'espace par l'homme dans les environnements physiques et interpersonnels. Maintenant, dans un monde de communication dynamique et digital omniprésente, les implications culturelles des proxémiques changent. Les sites du média social offrent des lieux de rassemblements en ligne pour l'engagement de groupe. Les pièces sensibles sur l'Internet des objets relient nos environnements physiques avec nos archives digitales. Les interfaces d'ordinateurs interprètent nos comportements humains spatiaux. Et, les appareils mobiles nous suivent, nous changent, et nous orientent dans les espaces où nous habitons. De la même façon que la culture change, les normes et les principes du proxémique changent aussi.

Dans son livre, La Dimension cachée (1966), Hall a décrit la proxémique et a lancé de nouvelles études par observation sur l'utilisation humaine de l'espace. Son travail révolutionnaire a formulé la proxémique en au moins trois parties. Premièrement, dans les relations interpersonnelles, Hall a décrit les modèles culturels de l'éloignement humain comme espace intime, espace personnel, et espace public. Cette connection de gens entre eux à l'espace est peut-être l'élément le plus connu et le plus référencé de son œuvre, mais son travail a articulé la proxémique comme faisant partie d'une conversation plus importante construite sur deux concepts supplémentaires. Deuxièmement, il a décrit la fonctionnalité des espaces comme territoire. L'organisation de l'espace en territoires lie les gens à l'environnement à travers la propriété, le dessin, et la fonction. Troisièmement, Hall a expliqué la proxémique comme une fonction d'une expérience vécue.  Cet aspect du proxémique lie les gens, les environnements, et ce qui deviendra plus tard le modèle de l'expérience, en créant des applications pour la proxémique en linguistique, en aménagement urbain, en communication, en architecture, et en anthropologie sociale et culturelle.

Au cours de la dernière décennie, les enquêtes à l'intersection de l'espace et du social, du média mobile, du digital, et du participatif ont apporté une conversation émergente sur la communication humaine et les espaces que nous habitons. Digital proxemics (McArthur, 2016) offre une réinscription du cadre de Hall dans le contexte de la communication digitale et a fait un appel pour de la recherche à l'intersection de l'espace, du lieu, et des technologies digitales (dans toutes leurs formes). Cette édition démontre que la proxémique devient un sujet robuste pour la recherche, l'expérimentation, l'innovation, et la collaboration. Cette conversation a relancer nos conceptions sur les façons dont les humains et les machines sont en interaction dans l'environnement spatial.

Cette édition spéciale du Journal électronique de communication met l'accent sur les croisements entre la proxémique et les impacts communicatifs du digital, du social, du mobile, et des technologies participatives. Cette édition tient compte d'une variété de formation théorique et épistémologique pour créer une vision solide et variée sur les façons dont la communication, la proxémique, et les technologies digitales se croisent. Chaque étude de cette édition examine un espace social unique comme un lieu pour l'interaction digitale. Et, ces études, en total, représentent une nouvelle pensée sur les formes multiples de la proxémique dans les cadres de paramètres qui sont décrit par Hall (1966) et qui sont revisité pour les interactions digitales dans McArthur (2016). Les articles suggèrent que les gens peuvent se lier avec des gens dans les environnements digitaux mais que d’autres moyens de se lier existent aussi. À travers la technologie, l'environnement spatial peut devenir un médiateur qui influence le comportement des gens et, dans certains cas, peut émerger comme un acteur en soi qui collabore avec des gens dans l'utilisation des espaces dans lesquels ils habitent. Mon souhait pour cette édition est que les articles stimulent des connections pour les chercheurs dans ce domaine et nous emmènent vers de nouveaux cadres de proxémique digitale.

Dans son article, Bolanle A. Olaniran articule les complexités de la transformation sociale et de sa relation aux espaces publics et privés. Son étude expose les lignes floues de nos conceptions des espaces publics et des espaces privés dans le média social et mobile et s'interroge sur les méthodes à travers lesquelles les limites structurelles de ces espaces peuvent être réexaminées. 

Quant aux environnements complètement virtuels, Lynette G. Leonard et Lesley A. Withers se sont penchées vers une discussion du lieu virtuel et du discours qui entoure la création et l'habitation du lieu dans les environnements virtuels. À travers une analyse des lieux de rencontre d'un groupe virtuel, leur étude exprime l'espace de la construction rhétorique dans les environnement physiques et dans cette impression de réinscription pour la création ou la sélection des environnements virtuels appropriés.

Dans leur étude, Harry J. Witchel, Carlos P. Santos, James K. Ackah, Nachiappan Chockalingam, et Carina E. I. Westling mettent notre attention sur une exploration de l'éloignement entre l'être humain et la machine comme une fonction de l'espace. Leur article sur la proxémique de la médiation de l'écran suggère que des variations sur le comportement des utilisateurs et de leurs tendances posturales vers une certaine immobilité sont indicatifs d'un engagement avec le contenu de l'écran.

Jessica J. Eckstein rappelle aux lecteurs les implications négatives de la technologie dans son étude sur la violence interpersonnelle, et en particulier l'abus arbitré par la technologie sur les partenaires intimes. À travers une analyse de théorie fondée sur une enquête de donnée, Eckstein dévoile la nature spatiale de la technologie et de son impact sur les victimes et sur les responsables de la violence dans les paramètres en ligne.

Dans son étude, Brandon Harris attire notre attention sur les médias et la croissance de Twitch.tv comme un espace territorial. À travers une analyse textuelle d'une chaîne de Twitch comme une performance, Harris suggère que l'espace occupé par Twitch est performatif et voyeuriste, et évalue la qualité du travail produite dans cet espace social.

La diversité de pensée et d'épistémologie de ces cinq articles est indicative de la tendance importante de ces études qui peuvent contribuer à articulé la proxémique dans la culture digitale. J'espère que la publication de ces études ensemble vont inspirer des recherches futures et une collaboration dans des cadres transdisciplinaires qui peuvent joindre et unir des méthodes et des stratégies sur l'étude de la proxémique. Nos espaces sociaux changent et deviennent de plus en plus digitaux. La recherche ici examine et lie l'étude de la communication et de la technologie digitale avec un intérêt pour l'espace et le lieu. De plus, ces études défient et engagent nos notions de nos propres expériences vécues de la proxémique digitale.

Note de l’éditeur: merci à toute l’équipe de critiques et d’éditeurs qui ont contribué leurs temps et leurs énergies pour le traitement et la création de cette édition. De grands remerciements à Teresa Harrison, Bob Stromberg, Jeffrey Hall, Shane Tilton, Jaime Bochantin, Artemio Ramirez, Michael Blight, Erin Ruppel, Brooke Foucault-Welles, Carole Isom-Barnes, Peter Gloviczki, Amber Ferris, Brandon Inabinet, Narissra Punyanunt-Carter, Leah Lefebvre, et Zachary White.

Les ouvrages cités:

Hall, E. T. (1966). The Hidden Dimension. Garden City, NY: Anchor.

McArthur, J. A. (2016). Digital Proxemics: How Technology Shapes the Ways We Move. New York, NY: Peter Lang.


Proxemics, Social Media, and Structural Transformations in the Private Sphere

Bolanle A. Olaniran
Texas Tech University
Lubbock, TX USA

Abstract: This paper explores the transformations occurring in the private sphere as a result of increased use of information communication technologies (ICT), in particular, mobile phones and social media. Specifically, the paper addresses the dissipation of boundaries between public and private spheres—especially in communication interactions, which characterize relationships. Communication media (such as emails, instant messaging, network forums, and videoconferencing) are viewed as tools for transformations; thus the implications on social, cultural, and economic levels will be addressed throughout this paper. Furthermore, this paper argues the presence of social media has eroded—and is constantly eroding—distinctions between the two spheres to the degree that what counts, as either public or private, is difficult to distinguish.

La proxémique, le média social, et les transformations structurelles dans la sphère privée. Abrégé : cet article explore les transformations qui ont lieu dans la sphère privée avec comme résultat une augmentation de l'utilisation des technologies communicatives informationnelles et, spécifiquement, avec les portables et le média social. En particulier, cet article aborde la dissipation des barrières entre les sphères privées - surtout dans les interactions en communication qui caractérisent les relations. Les médias communicatifs (tels que les e-mail, la messagerie instantanée, les plateformes de réseaux, et la vidéoconférence) sont vus comme des outils de transformations; ainsi les implications sur les niveaux sociaux, culturelles, et économiques seront traités à travers cet article. De plus, cet article présente un argument que la présence du média social a érodé et qu’il est constamment en train d'éroder les distinctions entre les deux sphères à tel point que ce qui est important, soit public ou privé, est difficile à distingué.


Place and Discourse in Virtual Environments

Lynnette G. Leonard
American University in Bulgaria
Blagoevgrad, Bulgaria

Lesley A. Withers
Central Michigan University
Mount Pleasant, Michigan USA

Abstract: In the fervor over new technologies, we often fail to see connections to the past, to recognize the similar characteristics among various communication media, and to value the knowledge gleaned from previous experiences and familiar places. Places such as coffee shops, pubs, churches, statehouses, townhalls, and even classrooms have certain characteristics that stimulate discourse in part because they establish expectations for appropriate communication. Do these preferences for place and the expectations for appropriate communication that attend them change as we meet others in virtual environments? The characteristics of the virtual environment allow for many different options for communication places; the sky and sea are no limit. This article explores groups’ choices for place as they collaborated in virtual space, demonstrating that our offline preferences and expectations for appropriate rhetorical places are reflected in our online choices.

Lieu et discours dans des environnements virtuels : Abrégé : dans la ferveur des nouvelles technologies, nous ratons souvent de voir les relations avec le passé, de reconnaître les caractéristiques similaires entre les divers moyens de la communication, et de valoriser les connaissances tirées des expériences précédentes et des lieux familiers. Les lieux tels que les cafés, les bars, les églises, les mairies, et même les salles de classe ont des caractéristiques spécifiques qui stimulent le discours en partie parce qu’ils établissent des attentes pour une communication appropriée. Est-ce que ces préférences pour un lieu et ces attentes pour une communication appropriée dont ils s’occupent changent quand nous rencontrons d’autres gens dans des environnements virtuels? Les caractéristiques de l’environnement virtuel permet un grand nombres d’options différentes pour des lieux de communication; le ciel et la terre ne nous limites pas. Cet article explore le choix de lieu des groupes quand ils collaborent dans un espace virtuel et démontrent que nos préférences et nos attentes hors ligne pour les lieux rhétoriques appropriés sont reflétées dans nos choix en ligne.


Proxemics of Screen Mediation:
Engagement With Reading on Screen Manifests as Diminished Variation due to Self-Control, Rather Than Diminished Mean Distance From Screen

Harry J. Witchel
Carlos P. Santos
James K. Ackah
Brighton and Sussex Medical School
University of Sussex
Brighton, UK

Nachiappan Chockalingam
CSHER, Staffordshire University
Stoke-on-Trent, UK

Carina E. I. Westling
Bournemouth University
Bournemouth, UK

Abstract: Objective: Burgoon's theory of conversational involvement suggests that when people engage with a person, they will move slightly closer to them, often subtly and subconsciously. However, some studies have failed to extend this to human-computer interaction. Our hypothesis is that during online reading, engagement is associated with an expenditure of effort to hold the head upright, still and centrally. Method: We presented to 27 participants (ages 21.00 ± 2.89, 15 female) seated in front of 47.5x27 cm monitor two reading stimuli in a counterbalanced order, one (interesting) based on a best selling novel and the other (boring) based on European Union banking regulations. The participants were video-recorded during their reading while they wore reflective motion tracking markers. The markers were video-tracked off-line using Kinovea 0.8. Results: Subjective VAS ratings showed that the stimuli elicited the bored and interested states as expected. Video tracking showed that the boring stimulus (compared to the interesting reading) elicited a greater head-to-screen velocity, a greater head-to-screen distance range, a greater head-to-screen distance standard deviation, but not a further away head-to-screen mean distance. Conclusions: The more interesting reading led to efforts to control the head to a more central viewing position while suppressing head fidgeting.

La proxémique de la médiation par écran : L’engagement de la lecture sur l’écran se manifeste par une variation diminuée à cause de la maîtrise de soi, plutôt qu’à une distance moyenne diminuée de l’écran : Abrégé :  l’objectif : ca théorie de la participation conversationnelle de Burgoon suggère que lorsque les gens engagent un dialogue avec quelqu’un, ils vont se rapprocher très légèrement de cette personne, souvent subtilement et inconsciemment. Cependant, certaines études n’ont pas réussi à démontrer cette théorie d’interaction entre l’humain et l’ordinateur. Notre hypothèse est que, lors des lectures en ligne, l’engagement est associé avec un effort accru pour tenir la tête droite et immobile. La méthode : nous avons présenté à 27 participants (âge 21,00 +- 2,89, 15 femmes) assis devant un écran de 47,5x27 cm deux stimulations visuelles dans un ordre contrebalancé, un (intéressant) basé sur un roman best-seller et l’autre (ennuyeux) basé sur des régulations bancaires de la communauté européenne. Les participants étaient enregistrés sur vidéo pendant leurs lectures tandis qu’ils portaient des marqueurs de repérage de mouvement réfléchissant. Les marqueurs étaient suivi hors ligne par vidéo en utilisant le Kinovea 0,8. Les résultats : les notations subjectives de l’échelle d’analogue visuelle a montré que les stimulations ennuyeuses et intéressantes étaient anticipées. Le suivi de la vidéo a montré que le stimulus ennuyeux (en comparaison à la lecture intéressante) a suscité une plus grande vélocité, le champ de distance entre la tête et l’écran est plus important, un écart type supérieur de la distance entre la tête et l’écran, mais la distance moyenne entre l’écran reste la même. Les conclusions : la lecture la plus intéressante a mené plus d’efforts pour contrôler la tête vers une vue plus centrale avec des mouvements de tête réduits.


What is Violence Now?:
A Grounded Theory Approach to Conceptualizing Technology-Mediated Abuse (TMA) as Spatial and Participatory

Jessica J. Eckstein
Western Connecticut State University
Danbury, CT USA

Abstract: Intimate partner violence (IPV) continues to evolve in technological and legal/political ways. The currently sparse scholarship examining how digital technologies and spaces facilitate abusive, coercive, and/or intrusive behaviors among adults in romantic relationships tends to focus on digital abuse methods as mere enhancements or facilitators of abuse – this, despite any clear study of how current digital-users actually utilize and understand technology-mediated abuse (TMA). This study fills that foundational void by probing the full nature/content of TMA possibilities as understood by a U.S. community-based social network sample (N = 551). Participants’ M = 7.43 unique examples (SD = 4.00, range = 1 to 30) resulted in N = 4,092 distinct data units examined via hierarchical qualitative analyses. Grounded-theory results suggest TMA is a unique cultural and spatial phenomenon in which inanimate objects or programs (through human-assigned “agency”) serve to perpetrate a new, modified form of IPV, rather than a mere augmentation of existing abuser-tactics. Themes are discussed for future IPV theory and measurement implications and practitioner and policy applications.

Qu'est-ce que c’est la violence maintenant? : une approche théorique basée sur la conceptualisation de l'abus arbitré par la technologie d’une façon spatiale et participative : Abrégé : la violence intime des partenaires continue d'évoluer de façons technologiques, légales/politiques. Les recherches très peu développées qui existent maintenant et qui examinent la façon dont les technologies digitales (par exemple les machines, les outils portables) et les espaces (par exemple les réseaux en ligne) facilitent les comportements abusifs, coercitifs, et/ou intrusifs parmi les adultes qui sont dans des relations romantiques et que ces recherches ont tendance à se concentrer sur des méthodes d'abus digital comme simple amélioration ou facilitation d'abus - une hypothèse qui persiste malgré le manque d'étude sur la façon dont les utilisateurs numériques se servent et comprennent l'abus arbitré par la technologie. Cette étude veut remplir ce vide fondamentale en cherchant la nature/le contenu des possibilités des abus arbitrés par la technologie parmi un réseau social d'une communauté américaine qui comprend un échantillon de N = 551. Les participants ont donné M = 7,43 d'exemples uniques (SD = 4,00, gamme = 1 à 30), qui nous a offert N = 4.092 d'unités de données distinctes et qui ont été ensuite examinées par des analyses qualitatives hiérarchiques. Les résultats de la théorie ancrée suggère que l'abus arbitré par la technologie est un phénomène culturel et spatial unique dans lequel les objets et les programmes inanimés (à travers une attribution humaine "d'agence") qui sert a perpétré un nouveau ou une forme modifiée de violence intime de partenaire, plutôt qu'une simple augmentation des tactiques d'abus existantes. Les thèmes et leurs implications sont discutées en termes futurs de théorie de violence intime de partenaires ainsi que des mesures et des applications pratiques.


We’ll do it Live! Unpacking the Community-Building Labor of Twitch Streamers Accounts

Brandon C. Harris
University of Oregon: School of Journalism & Communication
Eugene, OR

Abstract: Twitch.tv’s meteoric popularity demonstrates live streaming’s increasing importance to the contemporary media landscape. This paper examines how Twitch streamers perform various types of aspirational, emotional, and entrepreneurial labor in order to construct communities of like-minded individuals. This research presents a case study that shows how Twitch streamers simultaneously perform various types of community-building labor during their live streams, highlighting their uniqueness from influencers on static social networks like Instagram or Facebook. Finally, this paper outlines how Twitch’s casual viewing aesthetic can hide the types of labor that Twitch streamers perform while building community, permitting a cycle of precarious and aspirational labor to continue.

On va le faire en direct! Déballer le travail du développement communautaire des bannières de Twitch : Abrégé : la popularité rapide de Twitch.tv démontre l’importance croissante du streaming en direct dans le paysage médiatique contemporain. Cette étude examine comment la diffusion en streaming de Twitch accompli plusieurs genres d’aspiration, d’émotion, et de travail entrepreneurial afin de construire des communautés d’individus ayant une mentalité semblable. Par conséquent, cette recherche présente une étude de cas qui montre la façon dont cette diffusion en streaming de Twitch accompli simultanément plusieurs formes de travail de développement communautaire pendant leurs diffusions en streaming en direct, qui souligne le caractère unique envers des personnes influentes qui sont sur des réseaux sociaux statiques tels que Instagram ou Facebook. Finalement, cette étude souligne comment la visualisation décontracté esthétique de Twitch peut caché les types de tâches des gens qui font du streaming pour Twitch effectuent tout en construisant une communauté qui permet un cycle de travail précaire et d'aspiration continue.


Fact or Fiction:
Believability of News Content From Opposing Media Outlets

Robin Blom
Ball State University
Muncie, Indiana USA

Abstract: A news headline about an alleged population increase of polar bears was evaluated by 1,329 U.S. adults in an online experiment. Participants were told that the headline was originally obtained from either CNN or Fox News, or was presented without source identification. The results demonstrated that believability of a headline was predicted by an interaction between news source trust and the extent to which participants were surprised that the headline was attributed to that particular news source. The data indicated that distrusted sources could be highly believable when presenting unanticipated content, and vice versa. This has important implications for understanding cognitive bias in processing news coverage of public affairs.

Un fait ou une invention : La crédibilité du contenue des informations dans les réseaux opposés des médias : Abrégé : un grand titre sur une population d’ours polaires qui s’accroît a été évaluée par 1.329 adultes américains dans un test en ligne. Les participants avaient été informés que les informations avaient été obtenues de CNN ou de Fox News, ou bien avaient été présentées sans que la source soit identifiée. Les résultats ont démontré que la crédibilité d’un grand titre était prévisible par une interaction entre les informations des sources fiables et le degré auquel les participants étaient surpris que le titre était attribué à une source particulière d’information. Les données ont indiqué que les sources suspectes pourraient être crédibles quand elles présentaient un contenu imprévu et vice versa. Cela a des implications importantes pour comprendre les biais cognitifs dans le traitement dans la couverture d’information des affaires publiques.


Copyright 2019 Communication Institute for Online Scholarship, Inc.

This file may not be publicly distributed or reproduced without written permission of
the Communication Institute for Online Scholarship,
P.O. Box 57, Rotterdam Jct., NY 12150 USA (phone: 518-887-2443).